Publié le

Le fizzing des poissons cause t’il plus de mal que de bien ??

 

Cet article a pour but de démystifier cette pratique, qui semble de plus en plus pratiqué par les pêcheurs d’achigan (puisque la remise à l’eau est très populaire pour cette espèce) lorsque ceux ci sont capturé en grande profondeurs.

Premièrement en quoi consiste le « fizzing » ?? Il s’agit d’une méthode utilisée pour lutter contre les barotraumatisme qui sont causé par une remontée trop rapide des grandes profondeurs. Elle consiste à évacuer l’air contenu dans la vessie natatoire du poisson, le tout à l’aide d’une aiguille (le plus souvent mais d’autres objets sont aussi utilisé) qui vous permet de perforer cette dernière ce qui permettra à votre capture de se remettre plus rapidement de cette remontée trop rapide.

Le problème majeur avec le « fizzing » sont les risques d’infections qui sont toujours possible, malgré que ce risque est grandement atténué avec l’utilisation d’aiguille stérile neuve sur chaque poissons. Toutefois même avec cette précaution il demeure un certain pourcentage de risque d’infection puisque nos embarcations ne sont pas des milieux aseptisé. De plus vous devez connaitre parfaitement l’anatomie interne de vos poissons afin de percer au bon endroit et ne pas le blesser inutilement. Qui plus est la vessie natatoire est situé très proche d’organes vitaux (cette affirmation est d’autant plus vrais chez les espèces longiforme comme par exemple nos dorés) donc une mauvaise manipulation pourrait blesser très gravement ou même tuer votre patient.

Mon avis c’est bien beau mais elle vaut ce qu’elle vaut. Donc qu’en disent les professionnel??  Pour toutes les raisons énumérée plus haut (infection, mauvaise connaissance de l’anatomie du poisson) S.J Kerr ne semble pas recommander l’utilisation de cette technique dans son étude effectuée en 2001. D’autres scientifiques semblent dire qu’elle est inoffensive pour le poisson (lee 1992). D’autres études ont été effectuée avec des résultats intéressant entre autre  (Nguyen, Gravel et al. 2009) qui ont fait leurs expérimentations sur des sandres et des perches, leur conclusion semble dire que si bien effectuée le « fizzing » n’a pas d’effet négatif chez le poisson. Quand à eux  Brusesewitz et al. (1993) ont fait des essais sur des lottes qui s’étaient entièrement remis de cette manoeuvre après 8 semaines. Cette méthode demeure quand même controversée auprès de la communauté scientifique. On peut espérer des résultat plus récent puisque lors du tournois berkley b1 (au moin lors de l’édition 2013) certain achigan ont été conservé afin de faire une étude plus approfondie sur les effets à long terme de cette pratique.

Il faut savoir que ce n’est pas partout que cette pratique est légale ou tolérée. Du moin pour le Québec il n’existe pas de réglementation (au moment d’écrire cet article). Quand à nos voisins Ontarien il n’y a pas de réglementation non plus par contre cette pratique n’y est pas encouragée.Mais certains états américain la prohibent. Pour ce qui est des tournois il s’agit de cas par cas, plusieurs n’en font pas mention dans leur règles, d’autres en encouragent la pratique et certain la prohibent.

Après ces éclaircissement la décision vous reviens à vous d’utiliser ou pas cette méthode. Notez bien que je ne suis pas un professionnel en la matière et que si vous voulez en savoir plus sur le sujet je vous encourage fortement à consulter les liens suivant, de nombreux vidéos sont disponible sur la toile vous expliquant plus en détails la manoeuvre.

 

http://www.theses.fr/2014AIXM4326.pdf

http://www.fishfactor.tv/documents/Swim%20Bladder-Vessie%20Natatoire/228130.pdf

http://www.fecpl.ca/wp-content/uploads/2008/08/NAJFM-Gravel-2008.pdf

http://francais.berkleyb1.com/uploads/1/1/3/6/11362540/cp-b1final2013-fr.pdf

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *