Publié par 2 commentaires

5 astuces de pêches que personne ne vous a jamais dit !!

Parfois à la pêche le succès bascule sur de petits détails; lorsque le poisson ne collabore pas certaine petites astuces pourraient faire tourner le vent en votre faveur. Ce court exposé ne se veut pas exhaustif mais il démontre quelques indices qui pourraient vous enligner vers une approche diffèrentes certains jours.

1 – Lorsque vous pourchassez un poisson qui se nourrit de larve d’insecte au fond du plan d’eau comme par exemple la corégone cette astuce pourrait être très utile pour vous. Lorsque vous tappez le fond avec un petit leurre par exemple nos Vertiflash ou encore nos Entrechoqueur vous auriez avantage à ajouter un hamecon libre et coulissant au dessus de ce dernier; hamecon appaté avec quelque chose de léger par exemple nos Éphémères. Pourquoi?? Simplement parce que votre leurre imitera un petit poisson qui fouille le fond en créant un nuage de débris dans lequel se fondera l’hamecon coulissant appaté ce qui ressembleras à une larve en suspension; par exepérience cette approche doublera vos captures pour ce genre d’espèces. Bien entendu vous pourrez l’adapter à d’autres techniques comme par exemple la pêche aux poissons de fond sur le fjord. Vous pourrez limiter la course de l’hamecon en le bloquant quelques pieds plus haut en utilisant un swivel par exemple.

2 – Soyez propre, lavez vos main avant toute manipulation. Si vous utilisez une embarcation munie d’un moteur à essence, que vous êtes fumeur ou que vous utilisez du répulsif à insecte vous auriez tout avantage à laver vos mains avec un éliminateur d’odeur avant toute manipulation; je ne dis pas que ca ne mordra pas si vous ne le faites pas mais vous augmentez vos chances en le faisant. De plus par exemple le répulsif à insecte endommage votre matériel.

3 – Un autre truc que j’ai appris dans ma jeunesse en observant les vieux pêcher la truite de mer à la ligne morte sur le fjord. Certain avaient un meilleur taux de succès et j’ai compris pourquoi. En haut du bas de ligne qui contient les hamecons appatés certain vieux loup ajoutaient  un swivel 3 way auquel ils accrochaient une cuillière légère de type « sutton » (nos Cyriac font amplement le travail pour cette tâche) en y enlevant même le trépied. Le but de cette manoeuvre étant que les vagues, la marée fasse bouger sans arrêt cette cuillière ce qui imite à perfection un éperlan attirant ainsi l’attention de vos proies. J’ai personnellement utilisé cette méthode à la truite de mer ainsi que sur des brimbales à morue et obtenu un excellent succès.

4 – Parfois une simple modification sur un leurre change tout. Dans une autre vie j’ai parfois par exemple couper les ailes blanches des royal coachman en remarquant que certain jours cela changait tout. Vous pourrez ainsi faire des test modifier vos leurres avec un marqueur de type sharpie pour y ajouter une touche personelle ou encore ajouter des autocollant. La même logique s’applique aussi à la facon donc vous présenterez vos appats, ainsi un ver piqué d’une facon attitera plus de touches que celui appaté d’une autre facon. Ces petits détails changent souvent une mauvaise journée en journée mémorable.

5 – Quand j’ai eu ma première embarcation je n’avais pas de moteur donc je pêchais à la traine avec une pagaie ce qui faisait varier inévitablement ma vitesse de traine, j’ai meme poussé le test jusqua attacher ma ligne après ma pagaie pour voir le resultat et me rendre compte que les attaques étaient encore très nombreuse, voire plus nombreuses. Le jour ou j’ai fait l’acquisition d’un moteur j’ai immédiatement commencer à varier ma vitesse et ma direction regulièrement tout en pompant ma canne de facon aléatoire  pour imiter le mouvement qu’imprimait la pagaie à mon leurre.

Bien évidemment ces petits trucs ne changeront probablement pas votre vie mais souvent une petite révision pousse notre réflection plus loin et nous faire découvrir d’autres astuces que l’on ne connaissait pas. En résumé n’hésitez pas à tenter de différentes approches cela ne fera qu’augmenter vos compétances.

 

Publié par Laisser un commentaire

La thermocline, brassage des eaux et le déplacement des poissons

 

Les poissons se déplacent dans le plan d’eau pour plusieurs raisons, entre autre la fraie, la nourriture,la luminosité, la température de l’eau et le niveau d’oxygène dissout dans l’eau. Dans ce court exposé nous allons tenter de traiter de ces deux dernières raisons. Bien évidemment tout au long de l’année les poissons cherchent leur zone de confort; celle ci varie selon l’espèce puisque leur temperature préférentielle varie fortement d’une espèce à l’autre; de plus certaine espêce sont plus tolérante au bas taux d’oxygène dissout. Bien évidemment cette zone spécifique a avantage d’être relativement proche d’une aire d’alimentation.

Par exemple un lac de profondeur moyenne, pour faire très simple se compose de différentes couches d’eau qui à des moments précis de la saison sont à des températures bien différentes et contiennent un taux d’oxygène dissout différent. Un brassage des ces couches d’eau s’effectue deux fois par an sois au printemps et à l’automne; ce qui a pour effet de redistribuer l’oxygene dans tout le plan d’eau. Ce brassage d’eau est possible grace à une propriété unique de l’eau quand sa température passe sous les 4 degrés celcius celle ci devient plus légère ce qui explique pourquoi en hiver l’eau est plus chaude dans les profondeurs et qu’elle y est généralement à 4 degrés celcius. Ces couches se nomment respectivement pour la couche de surface l’épilimnion la couche de fond hypolimnion et elle sont séparé par une couche qui empêche presque tout échange d’oxygène et de temperatures qu’on nomme thermocline ou métalimnion. La thermocline n’étant présente que l’été et l’hiver et ce dans les plans d’eau ou la profondeur le permet. Donc la température de l’eau dans les profondeurs de ces lacs est autour de 4 degrés celcius en été et aussi en hiver, par contre en été elle sera plus chaude en surface mais en hiver ce sera le contraire elle sera plus froide en surface.

De quel facon se dissout l’oxygène dans l’eau ?? La principale méthode de dissolution est par l’action des vagues et du vent puisque ces dernières augmentent la surface de contact entre l’eau et l’air, les tributaires qui ont des eaux rapides contribuent eux aussi à sa dissolution. La solubilité de l’oxygène varie en fonction de la température de l’eau ainsi que de la pression atmosphérique. Les eaux froide contiennent ainsi plus d’oxygène dissoute que les eaux chaude. La pression diminuant en altitude le taux d’oxygène dissout diminue lui aussi. Le phénomène de photosynthèse influence lui aussi le taux d’oxygène présent dans l’eau. Pour vulgariser, les algues tout comme les plantes respirent, elles absorbent donc du co2 et émettent de l’oxygène pendant le jour, la nuit la respiration continu mais l’absence de soleil empêche la photoshythèse donc la plante relache du co2; toutefois l’émission d’oxygène le jour est supérieur au relachement de co2 la nuit. Les phytoplancton sont eux aussi relié au phénomène de la photosynthèse.

Dans ce cas pourquoi les lacs qui sont envahie par les algues deviennent peu oxygèné et que le phénomène d’eutrophisation s’accentue?? Pour plusieurs raisons, la décompositions de ces végétaux relache du co2 et provoque une accumulation de sédiment, suite à ca l’eau devient moin translucide, elle devient donc plus chaude et le brassage des eaux devient moin efficace et le plan d’eau fini par s’eutrophiser.

Parlant d’eutrophisation nous allons couvrir le sujet des stade trophique des lacs et la composition physico-chimique de l’eau dans un autre article, restez à l’affut.

 

 

Publié par Laisser un commentaire

Réflection sur Le choix des couleurs de votre leurre

 

Malgré le fait connu que la vue n’est pas le sens le plus important des poissons il n’est quand même pas à négliger; je vais essayer de vous exposer dans ce court article une synthèse de mes connaissances dans le domaine et les regles que j’applique à la pêche pour décider quel couleur de leurre utiliser selon la situation.

Comment fonctionne l’oeil des poisson, voient-ils les couleurs?? L’angle de vision des poissons est grand, par le fait que leurs pupilles sont fixe et la position des yeux sur leur tête, par contre la zone dans laquelle ils voient en trois dimensions c’est à dire l’endroit ou la vision engendré par leur 2 yeux se croise est restreinte et est situé vers l’avant; donc latéralement ils ne voient qu’en deux dimensions voila pourquoi l’utilisation d’un leurre émétant un flash comme une cuillière peut ainsi aider à attirer leur attention.

Le type d’eau et la profondeur à laquelle vous ferez évoluer votre leurre est d’une importance majeure dans la sélection des couleurs de vos offrandes. Bien entendu dans une eau cristalline vous aurez avantage à utiliser des leurres de couleurs naturelle représentant le plus fidèlement possible la nourriture de votre proie. Par contre dans une eau très brouillé l’ensoleillement et le couvert nuageux ont une plus grande importance dans la sélection de la couleur de votre leurre. Donc quand le soleil illumine votre eau brouillé vous aurez avantage à utiliser des leurres aux  couleurs plus voyante par exemple le chartreuse, toutefois lors de journée fortement nuageuse ou la nuit les couleurs plus sombre comme le brun ou le noir seront généralement plus productive. Comme tout n’est pas noir ou blanc, dans les eaux qui sont plus ou moin claire et plus ou moin sombre il y va de votre expérimentation par exemple j’aime bien utiliser un leurre aux couleurs naturelle à laquelle une touche de couleur plus voyante est ajouté ce qui me permet d’être polyvalent dans plusieurs situation.

Il ne faudrait pas négliger d’autres facteurs d’influence majeure comme les vagues et le vent qui influent grandement sur la turbidité de l’eau vous devez donc en tenir compte lors de la sélection des couleurs. Si on pousse la réflection plus loin la période de la journée influence elle aussi sur le choix des couleurs puisque la lumiere émise par le soleil ne pénètre pas de la meme facon dans le colone d’eau tout au long de votre journée de pêche. La prodonfeur à laquelle vous ferez évoluer votre leurre est elle aussi d’une importance primordiale puisque la luminosité varie fortement avec la profondeur, ainsi les couleurs violacé et plus particulièrement bleuté seront plus voyante en grande profondeur augmentant proportionnellement vos chances de capture.

Le type de leurre que vous prévoyez utiliser est lui aussi d’une grande importance dans la sélection des couleurs; par exemple un leurre de surface qui sera présenté au dessus de votre proie devra se demarquer sur le ciel et un leurre que vous présenterez tout au fond devra tant qu’a lui se demarquer sur le fond; donc la nature de celui ci est-elle aussi un facteur décisif dans la sélection des couleurs. Une bonne connaissance du plan d’eau et de l’espèce convoitée est donc un atout majeur dans la sélection d’un leurre.

Bien évidemment l’espêce de poisson convoité influencera elle aussi le choix de la couleur du leurre et pour des raisons bien simple; certaine espêce réagissent mieux à une couleur qu’a une autre on peut expliquer ca facilement en mentionnant que la structure interne de leur oeil peut-être différente d’une espêce à l’autre. Je vous encourage à tenir un carnet de note incluant les facteurs météo, le type d’eau, le leurre utilisé et le succès de pêche que vous obtenez ainsi avec le temps vous pourrez faire vos propres conclusion sur quoi utiliser ou et quand et fera de vous un pêcheur de plus en plus polyvalent.

Tout cela semble bien complexe, alors comment se retrouver dans tout ce charabia??? Le secret … observation, en fait ce qui fait un excellent pêcheur est son sens de l’observation et sa façon de s’adapter aux différentes conditions. Si vous êtes deux pêcheurs vous aurez avantage à utiliser deux approches différentes afin de cerner plus rapidement la réaction de vos proies. Encore une fois vous aurez une longueur d’avance en utilisant la technologie à votre avantage pour voir la réaction des poissons à vos offrandes. Et pour terminer un petit truc que j’aime bien utiliser lorsque je ne sais pas trop quel couleur je devrais utiliser, j’utilise un leurre qui possède deux ou trois couleurs qui contrastent entre elle de cette façon je suis certain qu’une de ces couleurs va plaire aux poissons.

 

 

 

 

 

 

Publié par Laisser un commentaire

5 Tactiques hivernale pour doré difficile!!

Charles-Antoine Brassard un de nos collaborateurs posant fièrement avec une superbe pêche

 

Contrairement à ce que bon nombre de pêcheurs croient le doré ne tombe pas inactif ou paresseux l’hiver, je crois que cette croyance vient plus du manque de succès de certain pêcheur que d’un fait réel. Je ne ferai pas une grande révélation an affirmant que le grand secret du succès dans la pêche hivernale à nos percidés favoris ne relève pas de la chance pur et simple mais bien de sa localisation.

1 – Si on pense localisation, en début de saison hivernale vous retrouverez les dorés tout prêt des endroits ou il étaient présent en automne; sois prêt des hauts fond avec un accès rapide à l’eau plus profonde; plus la saison avance plus vos proies gagneront l’eau plus chaude des profondeurs. Il vous sera donc très payant de rechercher les butons dansles zones un peu plus profonde du secteur; ces derniers pourraient cacher un bon rassemblement de doré. En fin de saison la période de fraie se faisant de plus en plus imminente ces derniers se rapprocheront donc de ceux ci; vous aurez donc avantage à pêcher les embouchures de rivières, les fond graveleux. Il vous sera payant de garder en tête que vos dorés ont besoin d’une zone de repos et d’un aire d’alimentation relativement rapproché l’un de l’autre.

2 – Aussi simple que cela puisse parraitre il vous sera très avantageux de percer plusieurs trou à l’endroit ou devraient se trouver vos poissons. Vous pourrez ainsi alterner la dandinette quelques minutes par trou afin de trouver la présentation et l’angle idéal qui provoquera l’attaque espérée.

3 – Utilisez la technologie à votre portée; que ce sois une caméra sous-marine, un échosondeur ou encore un flasheur ces appareils vous permettrons premièrement de valider la présence de poisson, mais encore plus important d’analyser leur réactions à vos présentations et à vos actions. Ce qui vous dictera quel approche utiliser à quel moment de la journée/saison.

4 – Le choix du leurre et la présentation est de la plus grande importance; puisque c’est ce que le doré aura devant lui pour l’inciter à mordre ou pas. Les leurres émétant des vibrations intense comme par exemple nos Bubble blade sont d’une efficacité redoutable, les leurres « Glow in the dark » comme nos Bubble Eyes  sont aussi un atout majeur dans votre coffre; les poissons nageur sans bavette sont aussi très productif. Si la réglementation de la zone dans laquelle vous pêcher le permet l’ajout d’une tête de méné sur le trépied est une excellente idée; sinon un vers de terre ou un asticot fera l’affaire. N’oubliez pas que le doré attaque principalement proche du fond, vous présenterez donc votre leurre en fonction de ce fait.

5 – Si votre occupation du temps vous le permet vous devriez pêcher plusieurs période différente de la journée. Comme plusieurs le savent la pêche au doré est généralement plus productive une heure avant et une heure après le lever et le coucher du soleil; toutefois ce n’est pas une règle immuable vous pourriez en tirer profit à pêcher des périodes différentes de la journée, tout en analysant la nebulosité, la pression, le vent etc… afin de vous faire une idée de comment réagiront vos dorés à ces facteurs météo.

Bien sur cet article ne vous donne que des indications générales, par contre lors de vos prochaines sorties essayez de vous en souvenir cela pourrait augmenter significativement votre moyenne au baton. Sur ce bonne pêche et soyez prudent.